makhnovtchina

Makhnovtchina est un projet adisciplinaire et forain qui vise à expérimenter, co-naître et cartographier (sur tous types de supports) la ville mobile avec ceux qui la vivent ainsi qu'à outiller des situations critiques - ou les espaces produits par la Métropole – en Haute-Normandie et à l'Est de l'Europe (Russie / Moldavie).




♦ Chauffe-eau forain, série Hacking Ouvrier

Jean-Charles, 2018, chauffe-eau solaire.
Techniques mixtes.
Porte de réfrigérateur de caravane, plexiglas, réservoir souple de douche solaire, tuyau noir fixé en serpentin.



« Mon petit frigo que j’avais dans le camion ne fonctionnait plus. Avant d’aller le déposer à la casse, j’en ai récupéré la porte. Je l’ai ouverte et l’ai ensuite grattée pour retirer la mousse expansée qu’elle contenait. J’y ai alors installé un réservoir de douche solaire relié à un tuyau de couleur noir fixé en serpentin. Pour maintenir le tout, un ami m’a donné deux petites plaques de plexiglas qui permettent de clore le caisson tout en laissant passer les rayons du soleil. J’ai aussi réutilisé la jerrican 20L que j’utilisais avant pour ma douche, dans laquelle j’ai placé un petite pompe à eau. Celle-ci est reliée à un petit panneau solaire qui permet d’alimenter en électricité le moteur de la pompe et de faire ainsi circuler l’eau dans le circuit en continu !

Et voilà ! 20 litres d’eau chaude ! Je vais pas tarder à lancer une lessive d’ailleurs… ! »

♦ Éolienne foraine #2, série Hacking Ouvrier

Jean-Charles, 2018, éolienne à axe verticale.
Techniques mixtes.
Tubes PVC façonnés au couteau et cintrés au barbecue, tige filetée, cuivre émaillé, aimants, résine, feuille d'acier.



« Pour ce deuxième prototype d’éolienne, j’ai conçu une éolienne à axe vertical (voir ici la construction du premier prototype réalisé en juillet 2017). Comme mon camion est plein à craquer, je n’ai pas la place pour l’entreposer à l’intérieur. Contrairement à une éolienne à axe horizontal, celle-ci peut continuer à tourner accrochée à mon camion même lorsque je roule ! Maintenant que le système de rotation fonctionne, je vais pouvoir entreprendre la réalisation du stator contenant les bobines ! Et je viens de dégoter un petit poste à soudure à l’étain qui se recharge avec le même système que les batteries de smartphones ! Ça sera plus simple qu’avec mon ancien matériel où je devais faire chauffer la tête du fer au chalumeau… J’ai aussi tenté d’améliorer le rendement électrique en installant un double plateau à aimants : les bobines de cuivre émaillé coulées dans un disque de résine seront ainsi prises en sandwich par deux disques sur lesquels seront respectivement placés 8 aimants ! »

♦ #camping numérique : Quinzaine de création d'un tuto sur la construction d'une éolienne et d'une climatisation

Pendant deux semaines nous avons installé le MKN-VAN à côté du camion de Jean-Charles et Christine, pour réaliser avec eux un tutoriel sur la construction d’une éolienne et d’une climatisation sous le regard bienveillant d'un dragon de feuilles.

Lire la suite

♦ FOURGON DE CURIOSITÉS - ФУРГОН С ДИКОВИНАМИ



« Parfois, des gens s’arrêtent, parce qu’ils pensent qu’on manque de quelque chose en voyant de loin notre camion. Alors je les invite à boire un café et leur montre que non ! Regarde on a de l’eau, du chauffage et de la lumière ! ».

«Иногда люди останавливаются, потому что видят издалека наш грузовик и думают, что нам чего-то не хватает. Тогда я предлагаю им выпить кофе и показываю, что это не так! Посмотри: у нас есть вода, отопление и свет!»

Lire la suite

♦ Une clim' pour l'été !

Rare chaude après-midi de juillet aux alentours de Vernon. Nous passons rendre visite à Jean-Charles et Marie-Christine. Nous buvons un verre sous un barnum nous protégeant du soleil, installé près de l'arrière du camion. Pour nous rafraîchir, ils approchent de la table leur dernière invention : « notre nouvelle clim' ! ».


Lire la suite

♦ Rencontres "Désinventer la Seine, à la lumière de ses réalités nomades !"

Désinventer c'est voir et connaître le réel plutôt que l'imaginer !
C'est préférer la vie au plan, préférer ceux qui existent à ceux qui sont représentés.
C'est préférer parier sur ceux, oblitérés mais présents, qui vivent et inventent les bords de l'eau, plutôt que faire semblant de croire aux pelouses toujours vertes, aux arbres toujours feuillus, aux visages toujours bronzés et souriants des images de la communication du projet urbain !
Bref, c'est préférer la complexité du réelle à sa fable métropolitaine.


Reconquête ! Les mots sont lancés à travers une Europe désindustrialisée, de la Seine à la Moskva.

Depuis 2013 à Rouen, mairie et métropole ont lancé les chantiers de reconquête de la rive gauche des bords de Seine. Ceux-ci constituaient pourtant en plein centre ville une rareté : une place pour la ville mobile et foraine, accueillant retraités en camping car, travellers, voyageurs, habitats et commerces forains, cirques et circassiens etc.
Mais le rouge est mit. Pelleteuses et Barrières signent à grand frais la fin de cette exception urbaine.
Après un début d’aménagement sans bruit, communication et marketing ont pris le relais et, sur les affiches, camions, tentes, stands et camping-cars sont remplacés par les vélos, pelouses et hypothétiques cerfs-volants de la métropole techno-verte et conviviale.

Il s’agit à présent de mettre des mots et des images sur cet art de faire la ville, contre le voyageur : « Le fleuve devient un lieu de vie, d’activité économique et d’habitat », disent-ils. Comment ? « (…) par l’anéantissement d’un lieu de vie, d’habitats et d'activités économiques qui y étaient présent », voudrions nous rajouter.

À notre tour de poser des mots, de dire ce qu’il en est et de raconter ceux qui vivent, mobiles dans les vides des cartes.
Les 3 et 4 septembre 2016, nous, Echelle Inconnue (avec l’association HALEM), organisons les rencontres itinérantes de l’habitat léger, éphémère et mobile sur la toute proche île Lacroix, afin, à notre tour, de « désinventer la Seine » avec ceux que la politique de reconquête refuse visiblement d'appeler "les conquis". En somme prendre part à cette guerre silencieuse, qui pourtant a lieu, déclenchée par ceux qui préfèrent inventer une réalité à leur convenance plutôt que prendre en compte le réel parfois complexe et clandestin d'un peuple sur roues, grandissant mais pourtant éternellement chassé.

VOIR ICI LE PROGRAMME ET LES INFORMATIONS PRATIQUES DES RENCONTRES LES 3 ET 4 SEPTEMBRE

Makhnovtchina / cycle urbanismes combattants
atelier cartographique de campagne


stany cambot / échelle inconnue
www.echelleinconnue.net mel@echelleinconnue.net


propulsé par DotClear