"Le territoire rural a changé de nature, c'est désormais un territoire urbanisé. La modification majeure dans le paysage du Cotentin aux alentours de Flamanville est produite par le chantier infrastructurel du réacteur EPR. Alors que les formes mobiles de l’habitat et plus largement de la ville sont réputées incompatibles avec la ville planifiée, elles sont cependant nécessaires voire souhaitées lors de travaux infrastructurels pour loger la main d’œuvre au plus près du chantier. L’occurrence contemporaine de ces logements ouvriers mobiles est en Normandie l’ensemble des campings et bases vie destinées aux ouvriers du nucléaire à Flamanville et alentours qui rattache la question du logement à celle du salariat, lien brisé dès l'après guerre par le code du travail. 1724 c'est le nombres d'habitant recensé sur la commune de Flamanville en 2015."

"Mais de quel territoire ces "grand D" main d’œuvre temporaire mais néanmoins massive sont-ils les habitants? Quel est le portrait de la ville du monstre-ouvrier-forain dont la figure se confond malgré lui avec son habitat?" Voila les deux questions posées au début de ce projet. Ce prologue est tourné au camping de Flamanville, lieu (parmi d'autres) de vie de ces "grand D", lieu où nous venons avec le camion-cinéma lors de nos résidences pour montrer le travail en cours et le poursuivre avec les habitants de ce camping. Cet extrait est une courte incursion dans cette possible ville du monstre-ouvrier-forain.